Les Empereurs de la Chesnaie

Comme vous le savez sans doute, un élevage de chien en France, qui se présentait comme exemplaire, est dans le viseur de la justice : « Les Empereurs de la Chesnaie ».

Article :

Élevage en liquidation. Vingt-six chiens saisis...
La DSV et les gendarmes ont procédé à l’enlèvement de 26 chiens et chiots dans un élevage canin de Ménéac. La SPA ne compte pas en rester là, après la découverte sur les lieux de cinq cadavres de molosses... Les agents de la direction des services vétérinaires, accompagnés d’une dizaine de gendarmes, sont intervenus mercredi matin, à Ménéac, pour saisir les animaux d’un élevage canin placé en liquidation judiciaire (*). L’opération, diligentée par le mandataire liquidateur, visait les « Empereurs de la Chesnaie », un élevage spécialisé dans le molosse de 1re et 2e catégories (rottweiler, cane corso, dogue argentin et de Bordeaux, dogo canario, fila brasileiro et American staff), dont la réputation fut, un temps, nationale... Les animaux placés en pension Vingt chiens et six chiots ont été soustraits et placés dans une pension d’Ille-et-Vilaine, leur vente devant être confiée à un commissaire-priseur. Cette saisie qui n’était ni judiciaire, ni administrative, s’est déroulée dans de bonnes conditions, les molosses ne montrant aucun signe d’agressivité. Le propriétaire des lieux a pu garder deux chiots. Cinq cadavres de chiens découverts Le responsable de la DSV indique qu’il n’a trouvé aucun signe de maltraitance sur les chiens vivants... Mais son attention avait été attirée lors d’une première visite le vendredi 4 janvier, à la suite d’une plainte émanant d’un particulier évoquant des sévices sur les animaux. Sur place, la DSV avait découvert cinq cadavres de molosses dont deux en état de décomposition et un calciné ! « Cela dit, il n’est pas sûr que l’éleveur soit lui-même à l’origine des décès », indique la DSV. L’éleveur soutient qu’il n’a jamais maltraité les chiens et aurait fait valoir, auprès de la DSV, que la mortalité existe aussi dans les autres chenils... La SPA envisage de porter plainte La SPA de Vannes, saisie de l’affaire le 3 janvier, a pris contact avec la mairie et réfléchit à une éventuelle action. « En sept ans, je n’ai jamais vu pareille affaire. Pour nous, il y a maltraitance caractérisée », indique Claude Jegat, vice-président de la SPA de Vannes qui ne peut envisager de rester passif face à cette situation. Faisant état d’un « faisceau de présomptions » de par l’existence des cadavres et d’un témoignage « allant dans le sens de la cruauté », la SPA envisage de porter plainte. * La liquidation a été prononcée le 16 avril 2007, par le tribunal de grande instance de Vannes.

Je me permets de vous communiquer des faits réels et innommables que le G.S.A.M. (Groupe Suisse des Amis du Molosse) a pu obtenir sur place de la part des témoins.

Ça ressemble à un mauvais conte de fées ; lisez plutôt :

'Umaginn' des Empereurs de la Chesnaie est une belle femelle Dogo Canario bien connue dans le monde des expositions canines, en France comme en Europe.

Une femme qui vit depuis 2 ou 3 semaines dans un chalet, sur le terrain de Christophe Charlat (propriétaire de l’élevage des Empereurs de la Chesnaie), a trouvé 'Umaginn' dans son chenil avec déjà 3 chiots.

La femme appelle immédiatement Christophe Charlat qui remet la chienne avec les chiots chez lui… en la frappant et en lui donnant des coups de pied !

Vers 11 heures, Christophe Charlat, voulant faire des courses, met 'Umaginn' dehors en pleine contraction. La femme, un peu choquée, lui dit de l'emmener pour une césarienne chez le vétérinaire ; mais Christophe Charlat ne veut pas et il dit qu'il n'a pas les ressources pécuniaires et que la chienne peut se débrouiller toute seule.

Ensuite, Christophe Charlat part en course. En revenant, ne retrouve à nouveau plus 'Umaginn', la mère des 3 chiots. La femme a également cherché 'Umaginn' pendant tout l'après-midi, mais sans succès.

Les chiots déjà nés sont morts de faim ! 'Umaginn' n'est jamais revenue... !


Ces photos ont été prises le 24.12.2007 :
'Vera', Cane Corso qui est morte attaquée par les autres chiens, le lendemain matin.
Charlat l'a mise dehors avec 6 chiens qui l'ont attaquée.
La femme est intervenue vers 10 heures. Ensuite Christophe Charlat l'a mise chez lui avec les chiots.
A 3 heures du matin, Christophe Charlat a réveillé la femme pour lui dire que les chiots tétaient la chienne morte.








‘Taiga', Dogue de Bordeaux femelle. La femme a essayé de la soigner car elle est maigre, avec des blessures aux pattes postérieures. Mais trop fatiguée, elle est morte.


Mais, semble-t-il, cet homme ne s’arrête pas à ça. 'Breha', Rottweiler femelle, attaqué par des chiens dans le jeu du maître des lieux consistant à mettre 7 chiens ensembles pour les voir se battre et mourir.













'Venus', une Amstaff femelle, maigre et craintive.

Un jeune Amstaff mâle, non tatoué, pas vacciné : le voici suite à une punition, car il se sauve. Il est mort de froid et de faim.






'Bonnie' une jeune Dogo Canario, la fille d’ 'Umaginn des Empereurs de la Chesnaie', qui est la pour mourir de faim et de froid.





Les chiens ont été retirés le mardi 8.01.2008 à 10 heurs par la DSV !

En espérant que ce qui précède puisse aider à incriminer de tels individus qui se prétendent éleveurs et par qui toute la polémique du chien dangereux découle. On comprend que des chiens nés dans de telles conditions peuvent devenir méfiants et agressifs, et engendrer des drames dans les familles qui les ont accueillis. Ces dernières ne se doutant pas du vécu de leur nouveau chiot.

Je vous remercie de votre attention et vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, mes salutations les meilleures.







Pierre Boegli, Président du Groupe Suisse des Amis du Molosse (G.S.A.M.)