Il semble que ça va dans le bon sens au niveau fédéral

Il semble que ça va dans le bon sens au niveau fédéral :

L’art. 13 du projet de loi transmis par le Conseil national permet aux cantons d’édicter des dispositions plus strictes pour la protection des êtres humains et des animaux contre les dangers provenant des chiens. Cet article a fait l’objet d’une discussion approfondie au sein de la commission. Dans le cadre d’une récente consultation, 22 cantons avaient indiqué à la commission qu’ils estimaient qu’il ne serait pas possible, ou tout au moins très difficile, d’assurer une bonne coordination entre différentes lois cantonales sur les chiens ; 17 CANTONS SE DECLARAIENT PRETS A RENONCER A INTRODUIRE DES DISPOSITIONS PLUS STRICTES OU COMPLEMENTAIRES AU CAS OU LES CHAMBRES FEDERALES ADOPTERAIENT UNE LOI FEDERALE SUR LES CHIENS. PAR 4 VOIX CONTRE 3 et 2 abstentions, LA CSEC-E A DONC JUGE QUE LES CANTONS NE DEVRAIENT PAS DISPOSER DE LA COMPETENCE LEGISLATIVE QUE PREVOIT L’ART. 13 DU PROJET DU CONSEIL NATIONAL. La commission considère pourtant que certaines exceptions devraient être possibles, par exemple pour autoriser les cantons à désigner CERTAINES ZONES COMME INTERDITES AUX CHIENS, A SIGNALER LES LIEUX OU, DANS L’ESPACE PUBLIC, LES CHIENS DOIVENT OBLIGATOIREMENT ETRE TENUS EN LAISSE, OU ENCORE A SOUMETTRE A AUTORISATION LE CHANGEMENT DE DETENTEUR DES CHIENS DRESSES AU MORDANT. PAR 8 VOIX CONTRE 1, LA COMMISSION A DEMANDE QU’IL SOIT PRECISE DES L’ART. 1 QUE LA LOI SUR LES CHIENS VISE AUSSI A INTRODUIRE DES NORMES HOMOGENES, EGALEMENT APPLICABLES DANS TOUS LES CANTONS, afin de protéger les êtres humains et les animaux contre les dangers provenant des chiens.